08/10/2008

Emission Radio Cap48 et la prématurité

J'avais promis d'écrire des nouvelles de Clément ce mercredi et voilà qu'un petit SMS me distrait pour me prévenir d'écouter l'émission Tout autre chose de la Première qui concerne justement les Prématurés... Et voilà, je me connecte sur internet pour avoir l'émission en direct, il est 11h25 et l'émission fini à 11h30 ! Mais heureusement, l'émission est disponible gratuitement en podcasting sur internet.

Voici en résumé le contenu de l'émission...

CAP 48, ENFANTS PRÉMATURÉS

Présentation : Martine Cornil

Depuis 2007, CAP48 s'engage dans un nouveau défi auprès des enfants prématurés en finançant un large programme de prise en charge dès leur naissance. En collaboration avec l' UCL, l'ULB et l'Ulg, CAP48 investit directement dans leur avenir pour éviter au maximum les risques d'apparition de handicap.

TOUT AUTRE CHOSE fait le point sur l'avancement de ce projet novateur un an après son lancement.

Lien vers le podcast : http://podcasting.rtbf.be/player/index.htm?soundref=http://podaudio.rtbf.be/rod/LP-TAC_Tout_autre_chose_-_8-10-2008_-_CAP_48_6096533.mp3&chaine=La%20Premiere&info=Tout%20autre%20chose%20-%208/10/2008%20-%20CAP%2048:%20les%20grands%20prématurésMartine%20CORNIL

 

450 000 euros pour assurer le suivi des enfants nés grands prématurés

 

 

 

Chaque année, des centaines d’enfants naissent avant 32 semaines d’aménorrhée dans notre pays. Le devenir de ces enfants nécessite une attention régulière afin de s’assurer que des troubles du développement n’apparaissent pas en grandissant. Ces troubles peuvent être de nature motrice, sensorielle, cognitive ou encore relationnelle. En outre, le contexte parfois traumatique de ces naissances fragilise les familles qui ont alors besoin de tout le soutien nécessaire.

Toutefois, malgré l'urgence rencontrée par les familles et les équipes soignantes, il existe un manque de ressources important dans ce domaine.

 

C'est pourquoi, CAP48 a décidé d'agir dès octobre 2007 :

 

Des partenariats ont été établis avec les facultés de médecine des trois grandes Universités francophones du pays (ULB, UCL, ULg), l'ONE, Mme Catherine Fonck (Ministre de la Santé, de l'Enfance et de l'Aide à la Jeunesse), la Fondation Marguerite-Marie Delacroix et l'ensemble des 11 centres de néonatalogie intensive établis en Communauté française. Parallèlement, un comité scientifique composé de néonatologues et de neuropédiatres a travaillé activement pour mettre sur pied un protocole de suivi complet des grands prématurés et l’appliquer de manière commune aux 11 centres impliqués.

L’objectif principal du suivi proposé est de prévenir d’éventuels handicaps et d’être en mesure d’agir rapidement face à une situation difficile. Une attention toute particulière est également apportée au maintien de ce suivi et à la possibilité de proposer une prise en charge alternative quand cela s’avère nécessaire.

 

Depuis le 1er mai, les premières familles se sont vues proposées des visites gratuites et régulières chez des médecins spécialistes et des paramédicaux jusqu’aux 7 ans de l’enfant :

 

§        Visite 1 (fin de séjour du service de néonatalogie) 

L'équipe médicale présente au sein du service de néonatologie intensive (médecin, psychologue, infirmière sociale, etc.) exposera au moment le plus opportun, la possibilité pour les parents de faire suivre leur enfant selon les modalités de la présente étude.

 

§        Visite 2 (aux 3-5 mois d’Age Corrigé de l’enfant ; AC = âge réel - nombre de semaine entre l’accouchement et le terme théorique)

Un examen neurologique selon le protocole d’Amiel Tison sera effectué lors de la visite médicale. Le paramédical, quant à lui, est chargé de réaliser une évaluation comportementale de l'enfant et a également un rôle de soutien pour la famille.

 

§        Visite 3 (aux 9-12 mois d’AC de l’enfant)

Le paramédical administre un test de développement afin de réaliser un bilan des compétences de l’enfant. Le médecin réalise une visite analogue à la visite 2, l’examen neurologique est adapté à un enfant âgé d’1 an. Une visite ophtalmologique et une visite oto-rhino-laryngologique sont également prévues.

 

§        Visite 4 (aux 21-24 mois d’AC de l’enfant)

Le paramédical réalise une nouvelle fois un test de développement afin de déterminer les progrès de l’enfant. Le médecin réalise une visite analogue à la visite 2, l’examen neurologique est adapté à un enfant âgé de 2 ans. Les professionnels transmettent ensuite leurs observations.

 

§        Visite 5 (aux 3 ans de l’enfant)

Un bilan psychologique et neuropsychologique adapté à l’âge de l’enfant est prévu à cette visite. Le médecin réalise une nouvelle fois un examen neurologique complet.

 

§        Visite 6 (aux 5 ans de l’enfant)

Le paramédical effectue une évaluation des fonctions intellectuelles et du bien-être psychologique de l’enfant. Le médecin procède à un examen clinique adapté à l’âge de l’enfant.

 

§        Visite 7 (aux 7 ans de l’enfant)

Un bilan complet des fonctions neurologiques, neuropsychologiques, intellectuelles et affectives est opéré par les deux professionnels. Le médecin et le paramédical discutent ensuite avec l’enfant et sa famille des possibilités d’orientation scolaire s’il y a lieu.

 

 

A chaque visite, les membres du personnel désignés encodent une série de données anonymisées dans un logiciel informatique. La base de données ainsi créée permettra la comparaison anonyme de la qualité des soins prodigués dans l’ensemble des 11 centres participants et la réalisation d’études épidémiologiques sur le devenir de l’enfant né grand prématuré.

 

Nous souhaitons par ces actions prouver l’utilité d’un tel suivi auprès des pouvoirs publics.

11:33 Écrit par Marie et Fran dans Clément | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

génial nous faisons passé le message auprès des notres!

Écrit par : XX | 08/10/2008

Les commentaires sont fermés.