19/06/2008

merde credi 18 juin

Certains diront que j'ai encore posté la note du jour à des heures plus que tardives... et je sais qu'ils auront raison. Cependant, on ne peut pas dire que le football, les examens ou toute autre activité post-hôpital soit la cause de cet envoie tardif. Cette fois-ci, je viens réellement de rentrer de la Citadelle. Si hier, nous écrivions que Clément, tel un athlète, attendait dans ses strating-block le feu vert pou s'élancer sur la piste, aujourd'hui, je dois vous dire que tout ne s'est pas vraiment déroulé comme prévu...

Le matin, comme chaque fois, nous avons téléphoné à la salle 40 et déjà à ce moment, la journée a pris une direction différente de celle que nous souhaitions. En effet, l'infirmière m'a directement signalé que notre petit garçon faisait de la température et qu'il avait une CRP au dessus de la normale. Afin de contrer cette nouvelle infection, il a subi un batterie de tests et a reçu des antibiotiques via un cathéter. Surpris par cette poussée de fièvre aussi subite qu'indésirée, j'ai demandé si la polysomno était toujours d'actualité. Après une réponse affirmative de mon interlocutrice, je me suis dirigé vers Bastogne.

C'est vers 13h que Marie est arrivée au pied du lit de notre petit malade dont la fièvre était retombée durant la matinée. Notre petit bonhomme n'a réagit positivement à aucun virus et ses poumons n'ont pas montré de signes d'agressions. Bref malgré leurs tests, les médecins ne savaient pas pourquoi Clément avait culminé à plus de 39°C cette nuit. De son coté, notre grenouille a tenté de récupérer pendant toute l'après midi. Il était tellement fatigué qu'il a même régurgité du lait maternel bu au sein (chose rare). Mais Marie n'était pas au bout de ses surprises. En effet, à cause d'un retard en pédiatrie, la polysomno (toujours maintenue) était postposée de 3h. Le rendez-vous était donc fixé à 19h30 au lieu de 16h30. 

Après un rapide et léger souper au restaurant de l'hôpital, nous sommes vite remontés retrouver Clément qui se faisait ausculter avant de se rendre au 5ème étage. A partir de ce moment, notre journée a basculé ... dans l'horreur. Nous faisions connaissance avec le service de pédiatrie. Je dois dire que ce n'est pas tout à fait l'image que j'en avait. Dès l'entrée, le ton était donné. Un «  c'est quoi ça ? » (regardant vers l'oxygène et le cathéter) nous est directement adressé. Après de rapides explications, notre petit homme a pu pénétrer dans sa nouvelle chambre et nous avons été pris en charge par notre nouveau service. Il est évident que Clément n'est pas souvent coopératif et ne facilite que très rarement le travail de nos infirmières. Mais ici, nous avons assisté à un combat de catch plutôt qu'au placement d'électrodes. Bref, pendant un long moment, nous avons été les tristes témoins d'une lutte insensée dont les victimes ont été les lunettes de respiration ainsi que le malheureux cathéter. « Légèrement » dépassées par la situation (le cathéter faisait une rotation de 180° alors qu'il est censé rester immobile) et alors que notre petit bonhomme continuait à hurler tant qu'il pouvait, nous avons rapidement appelé les infirmières de la néonat à la rescousse. Heureusement, il n'y eu plus de peurs que de mal. Cependant, c'est dans ce genre de situation qu'on constate que les différents services ne se connaissent pas bien et surtout qu'ils n'ont pas les même habitudes (ajoutez à ça un manque de communication...et c'est détonnant). Mais il est vrai que passer d'un service dans lequel on réagit rapidement et où on se sent bien entouré, à un autre moins bien ...« équipé », cela n'est pas fait pour nous mettre en confiance et nous rassurer ! Grâce à l'équipe de nuit (une infirmière), qui a pu communiquer simplement et instaurer un climat de confiance, nous avons pu reprendre sur de bonnes bases. Finalement, comme Clément, nous avons su nous adapter à notre nouvel environnement et nous détendre un peu plus.

C'est donc avec une pensée toute particulière à ma petite Marie et mon petit Clément que j'écris ces quelques lignes. Que leur nuit soit douce et tranquille, je pense très fort à vous et vous embrasse avec passion. J'ai hâte de vous retrouver demain avec cette terrible épreuve derrière nous.

 

02:27 Écrit par Marie et Fran dans Notre actualité | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Période difficile pour tout le monde y compris pour Clément, qui comme beaucoup de bambins, essaie d'obtenir un "certificat" en vue d'atteindre ....ce fameux 5ème étage. Courage donc à vous trois dans cette nouvelle épreuve.
Bisous
Dominique

Écrit par : Dominique, Didier, Kevin et Julie | 19/06/2008

Les commentaires sont fermés.