08/05/2008

Mercredi 7 mai

Il n'y a rien a faire, et ceux qui connaissent mon penchant pour l'émission Le monde est un village, présentée par Didier Mélon du lundi au vendredi de 19h15 à 21h sur la Première, pourrons continuer à me taquiner à ce sujet, mais les musiques du monde ont beaucoup à nous apprendre.

Peut-être que je me trompe mais, quand j'entends chanter la maman (probablement d'origine africaine) du petit de la couveuse d'à coté, et quand je vois Clément s'apaiser au son de son bourricot de Paco, je me dis qu'on est loin des traditions orales et de chansons que nos aïeux se transmettaient de génération en génération. Avec Dodo l'enfant do ou Fais dodo Colas mon p'tit frère, on est vraiment pas gâtés !  

Et pourtant la journée de Clément ne fut pas de tout repos. Peu après notre arrivée, en début d'après-midi, notre petit bout a reçu la visite du pédiatre pour l'examen du « nouveau né ». Et oui, pour rappel, sa date présumée de naissance était pour ce vendredi 9 mai ! Tout s'est bien déroulé sauf que petit bonhomme a tendance à tirer trop sa tête en arrière. Ensuite, il y a eu le biberon ! Après cet effort intensif, il y a eu la phase de réconfort grâce à l'arrivée inopinée de sa marraine dans les bras de laquelle il s'est endormi comme une souche. Mais ce moment de pure plaisir n'était que de courte durée... La cavalerie des radiologues a alors débarqué pour faire une radio des poumons. Rude ! Il a alors fallu entièrement le déshabiller et essayer de le maintenir immobile. Mais ça, c'était sans compter les gènes paternels de mauvaise humeur au réveil ! On a du s'y reprendre à deux fois pour prendre la radio et le tenir à trois... Pauvre petit bout, en tout cas, il a bien fait comprendre qu'il ne fallait plus le réveiller aussi brutalement, toute la salle 40 a du l'entendre ! Après ces épisodes, il s'est rendormi dans les bras de son papa cette fois. Nous l'avons ensuite remis au lit en douceur pour qu'il puisse se remettre de tous ces événements.

Je  vous le disais, c'est après une longue et fatigante journée comme celle-ci qu'on aimerait pouvoir fredonner ces si douces berceuses venues d'un autre temps. Mais bon, je suis sure qu'en allant chiner à la médiathèque, je trouverais mon bonheur. 

01:48 Écrit par Marie et Fran dans Notre actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.