03/05/2008

Vendredi 2 mai

L'union fait la force ! Cette phrase vous la connaissez tous, il s'agit de notre devise nationale (ainsi que celle des bulgares). Elle prend toute sa signification depuis que nous arpentons les couloirs de la salle 40. 

Nous ne l'avions pas encore abordé lors des notes précédentes mais depuis le début de notre aventure en néonatalogie, nous avons pu constater à maintes reprises qu'il était plus facile d'affronter la difficulté quotidienne en groupe qu'esseulé. Or comment ne pas se sentir seul face à de pareils évènements ? De notre coté, nous sommes régulièrement accompagnés et réconfortés par vos messages ainsi que tant d'autres gestes de soutiens. Le moindre mot de votre part représente encore aujourd'hui une réelle bouffée d'oxygène, une dose d'énergie positive. Nous sommes profondément reconnaissants pour votre présence tout au long de ces semaines, encore merci à vous !

Mais, une fois les portes de la salle 40 franchies, nous avons l'impression de nous retrouver seuls face à cette triste réalité. Rapidement, la devise refait surface et inconsciemment nous nous tournons vers d'autres soutiens. Il y a bien entendu les infirmières, toujours très attentives, il y a aussi les médecins qui tentent de nous encourager un maximum. Mais le plus inattendu vient probablement des autres parents. Avec eux, pas besoin de décodeur car nous sommes tous des patients de la salle 40 et nous vivons tous une période plus ou moins tourmentée. Dans la majorité des cas, un regard, un geste ou quelques mots suffisent à communiquer nos émotions. Mais parfois le profil fort semblable de nos enfants nous font nous rapprocher. Il se tisse alors une relation particulière bercée d'espérance et de réconfort mutuel. Grâce à nos discussions, on se sent moins seuls, moins déphasés et surtout plus forts. Voilà pourquoi nous voudrions également remercier les parents d'Ethan, Juliette, Noah et Valentin, Léandro, Elisa, Romain, Estéban, ..., qu'ils trouvent la force de continuer le combat.

Aujourd'hui, notre petit homme a retrouvé ses 8 x 43 ml de lait et a su maintenir ses lunettes de respiration malgré une CO2 relativement élevée. Il faut dire que ce système le gêne moins et lui permet donc de passer des journées plus paisibles. Mais l'équipe médicale reste vigilante et si l'indice de CO2 reste élevé, il se peut que nous retrouvions la cipap ... croisons les doigts que cela n'arrive pas.

D'ici là, bonne fin de week end à tous,

00:31 Écrit par Marie et Fran dans Notre actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.