01/05/2008

Mercredi 30 avril

Vers 15h30, nous arrivons à la salle 40. François prend de l'avance, enfile son tablier en jetant un coup d'œil à travers la fenêtre au moniteur de Clément : ses paramètres sont bons. Il se lave les mains à l'hibiscrub puis les passe au stérilium et enfin, rejoint le petit lit blanc où Clément doit nous attendre. Mais là, surprise, le lit est vide !

Reprenons tout depuis le début... Le moniteur, les bons paramètres, ... il décide alors de suivre les câbles des yeux (Clément doit être au bout)... et... mais... c'est notre petit loup qui se trouve dans ce relax au sol ! Mais est-ce bien lui ? Après un moment d'hésitation, on le reconnaît sans son bonnet et sans sa cipap. Celle-ci a été remplacée par un autre système respiratoire : les "lunettes" qui lui permettent de respirer a son propre rythme mais avec un apport en oxygène réglé en fonction de ses besoins. Son petit visage est plus dégagé, moins serré par ces élastiques qui maintenaient son masque. Ses paupières sont encore gonflées mais cela disparaîtra progressivement avec la suppression de l'oxygénothérapie. Qu'il a l'air bien et calme. Et puis il y a ce silence ! On n'est plus soumis au bruit si impressionnant du flot permanent d'air qui lui était impulsé dans le nez.

De jours en jours, notre petit bout progresse. Habillé, dans un lit, avec ses lunettes respiratoires, nous pouvons dès lors le manipuler nous même sans appeler les infirmier(e)s : le prendre dans nos bras, le remettre dans son lit,...  Maintenant, on imagine qu'il est plus proche de la sortie que de son entrée à l'hôpital. Mais c'est probablement maintenant que nous devons être le plus patient car Ch'ti bout doit encore s'habituer à ce nouveau système, diminuer progressivement ses besoins en oxygène pour arriver à respirer totalement à l'air libre ainsi qu'apprendre à boire normalement. Ce chemin va encore nous sembler fort long mais tout ce qui compte c'est qu'il soit bien.   

03:00 Écrit par Marie et Fran dans Des indices | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.